Discours d’inauguration de la permanence de l’Autre voie par Josy Piret

Chers amis,

Je me demandais hier si le temps serait de notre côté. Et bien oui, même le temps est pour nous. Et vous êtes présents et, croyez, ça me fait chaud au cœur.

Ensemble nous nous sommes engagés en politique parce que nous partageons les mêmes valeurs.

Nous mettons le dévouement au-dessus de l’ambition,

l’honnêteté au-dessus de l’opportunisme,

le plaisir d’être ensemble au-dessus du carriérisme,

l’intérêt pour Cagnes au-dessus des étiquettes et des partis politiques.

La campagne a commencé. Elle ne sera pas facile. Le maire sortant multiplie les annonces et il a de la chance car il bénéficie de l’intérêt de la presse. Avant hier soir, on s’est vu annoncé le tram comme s’il s’agissait d’une nouveauté. Et histoire de faire venir du monde, Estrosi était annoncé et bien sûr il n’est jamais arrivé.

Je ne vais pas m’attarder sur les raisons qui nous motivent à vouloir une autre voie pour Cagnes.

Le maire sortant voudrait présenter notre démarche comme une affaire personnelle et on comprend pourquoi.

Mais ce n’est pas une affaire personnelle. Je vais même vous dire : il a été un bon maire et j’ai été fière de travailler à ses côtés.

Mais il a fini par devenir ce que les élus finissent par devenir quand ils restent trop longtemps : des élus autoritaires, secrets, cassants, fermés à la discussion et uniquement motivé par la peur de perdre leur mandat.

Cette peur-là, nous, on ne l’a jamais eu. Avec Dominique on ne s’est pas engagé en politique pour les honneurs. Et nous avons démissionné en 2017. Par honnêteté, souci de cohérence avec nous-même. Parce que nous n’étions simplement plus d’accord.

Nous avons le regard tourné vers l’avenir parce que nous n’avons aucune frustration sur le passé. Dominique a fait une belle carrière de haut fonctionnaire. Il a été directeur des services en collectivité, préfet, directeur d’administration centrale. Aujourd’hui il est avocat. J’ai moi-même été chef d’entreprise, j’ai créé des salons qui ont la chance de bien marcher. J’ai retiré de grandes satisfactions de ma vie professionnelle. Aujourd’hui, je suis aujourd’hui vice-présidente au conseil départemental.

Nous avons passé l’âge d’avoir des ambitions personnelles, des plans de carrière, des envies de revanche. Non. Nous souhaitons remettre Cagnes sur les bons rails et préparer la relève. Et tous les élus responsables devraient y penser. Pour nous, c’est une priorité.

L’année dernière, des Cagnois sont venus nous voir pour nous demander ce que nous voulions faire aux municipales. Ensemble nous avons créé la Voix des Cagnois, ouvert un blog au nom de l’association, rédigé, diffusé un questionnaire pour savoir si nous étions les seuls à nous inquiéter de l’évolution de Cagnes. Vous le savez, les résultats nous ont décidé à nous lancer.

Cagnes se dégrade. Tout le monde le voit. Tout le monde le constate.

Il ne s’agit pas de faire du maire sortant l’unique responsable de la situation actuelle.

Mais il y a des points sur lesquels il porte une lourde responsabilité.

Premier point, j’en ai parlé, c’est l’isolement dans lequel il s’est enfermé, la façon dont il ne supporte pas la contradiction, l’absence totale de concertation qui devrait pourtant avoir lieu sur des projets qui concernent tous les Cagnois.

Le second point sur lequel le maire sortant est critiquable, c’est la course à la taille dans laquelle il a lancé Cagnes, la fierté qu’il retire d’avoir une ville qui a dépassé 50 000 habitants.

Ce maire a complètement perdu le sens de la mesure. Il est lancé dans une course qui satisfait son égo mais qui inquiète à juste titre les Cagnois.

Dernière responsabilité du maire sortant, c’est de ne pas avoir mis ses mandats au service des Cagnois.

Qu’ont retiré nos concitoyens du fait que Louis Nègre préside le groupement des autorités publiques des transports publics, le GART ? Rien du tout.

Et qu’ont retiré nos concitoyens de son mandat de premier vice-président de la métropole sinon d’avoir le droit de payer un nouvel impôt sans diminution de la taxe foncière à l’inverse de ce qu’Estrosi fait Nice. Ce qui pour moi est une trahison.

Rien n’est gagné d’avance.

Mais nous avons trois atouts.

D’abord les membres de notre liste appartiennent à toutes les sensibilités de droite, voire des mouvements écologistes et centristes. La gestion des écoles, celles de la voirie, la gestion des transports, elles ne sont ni de droite, ni du centre, ni de gauche ! Elles sont pour la ville ! Elles sont pour Cagnes !

Ensemble nous avons un point commun : aimer les gens. Ceux qui me connaissent savent à quel point c’est important pour moi. Le lien qui m’unit à Cagnes est profondément lié à ma famille. Mes parents s’y sont installés en 55. Ma sœur y habite. Mon fils y travaille. Mes petits enfants y résident.

C’est dire si je suis fidèle depuis longtemps à Cagnes.

Mais attention ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : on est avant tout Cagnois de cœur. C’est à la base de l’engagement local. Un élu qui prend le temps d’écouter, qui rend service à ses concitoyens est un élu qui remplit en grande partie sa mission.

Si vous estimez être au-dessus du lot et avoir la science infuse, si le contact avec les gens et si leurs problèmes vous ennuient – ce qui est objectivement aujourd’hui le cas du maire sortant – alors il faut faire autre chose.

Moi en tout cas, c’est ce qui me guide depuis je suis entré dans la municipalité en 1995 en tant que simple conseillère municipale, puis adjointe avant d’être élue au conseil départemental qui est aussi une collectivité de proximité. J’y ai appris les rouages de l’administration et découvert des gens formidables qui ont la passion du service public. Je le dis parce que on les critique trop souvent et injustement.

Le second atout c’est que Dominique Schmitt connait parfaitement les arcanes des administrations. Il a l’expertise dont une ville comme Cagnes a besoin pour relever le défi d’un habitat à taille humaine, du développement économique ou encore des transports.

Troisième et dernier atout, nous voulons proposer un vrai projet pour faire de Cagnes une ville agréable à vivre.

L’élection à venir est une élection locale qui dépasse les partis parce que notre seul parti pour les municipales c’est Cagnes et notre seul programme le projet que nous présenterons au début de l’année prochaine aux Cagnois.

J’entends ici où là : « mais qui vous soutient ? » Moi je réponds : les Cagnois. Et la meilleure preuve en est c’est que vous êtes là.

Le noyau de notre liste est constitué. Pour le reste de la liste, nous avons beaucoup de demandes. Nous allons donc nous accorder du temps pour discuter avec les uns, avec les autres. Mais cela fait plaisir, c’est le signe que nous avons le vent en poupe, que les Cagnois sont vraiment en attente d’une autre voie.

Ma première fierté c’est vous. L’enthousiasme que vous portez, l’envie de servir les autres, les idées que vous avez, les compétences que vous voulez apporter.

Alors je vais vous dire une chose : il va falloir miser plus que jamais sur la proximité, se mobiliser, parler autour de nous et convaincre, mais je peux déjà vous dire mon sentiment : on va gagner, nous allons gagner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s